L'instrument des arts de Pascal Ronzon (printemps des poètes)

Publié le par REGARDS

La poésie est le velouté
Des sentiments exprimés,
D’une réalité transformée
En mots et sons choisis.
Son langage installe
L’équilibre et l’évasion
Au coeur de l’émotion
Aux vertus magistrales.


Alors, vagues du souvenir
Aux desseins entremêlés
Ou chroniques des faits,
Les traits forment sa mine.
Son teint, où l’innocence
De chaque texte s’habille
De formes plutôt rondes,
Ensorcèle les musiciens.


Là, les vers sont en scène,
Résonnent, se nichent,
Valsent, tournent, musardent
Tel un accordéon enjôleur
Aux accents prononcés.
Expressifs et joyeux,
Ils prennent l’apparence
D’une mélodie précieuse.


Les vers se répandent,
S’enlacent, s’écoutent
Procurent le frisson.
Sans vrai contours fixes,
L’appareil poétique
Grave sa présence
Et donne du volume
A ses décors pluriels.


De l’épaisseur des contrastes
Les couleurs rendent mobiles
L’habileté des images,
La légèreté des sentiments.
C’est ainsi que le cinéma,
Le théâtre, la photographie
Epousent la finesse
D’une mécanique à entretenir.

 


Pascal Ronzon

Publié dans Printemps des poètes

Commenter cet article