La porteuse d'eau de Johanne Hauber-Bieth

Publié le par REGARDS

Vêtue d’un long manteau de drap

Accentuant sa taille fine

Elle s’active au gré d’un pas

Qui porte en lui ses origines.

Au rythme aérien et dansant,

D’une démarche si légère

Elle me précède en chaloupant,

Le port altier, la croupe fière.

 

Tel un coussin en mille rais

Sur sa tête en lignes serrées

S’ajustent des tresses de jais

Qui savamment sont disposées.

Elle y a posé son fardeau :

Sous le grain blafard de la pluie

Un lot de six bouteilles d’eau

Qui sert aussi de parapluie !

 

Sur le trottoir noir et glissant,

La cadence de son allure

Qui ravit tout en saisissant,

A quelque chose d’une gageure…

Car le tableau n’est pas banal,

Tout du moins sous nos latitudes :

Chez nous il est original !

Là-bas, se sont des habitudes.

 

© Johanne Hauber-Bieth

 

 

 

Publié dans Poésies

Commenter cet article