Un si joli jardin de Jacqueline Farineau (suite 1)

Publié le par REGARDS

Un si joli jardin de Jacqueline Farineau (suite 1)

Quelques jours plus tard, je me suis sentie bizarre ; j'en ai fait part à Roro ; celui-ci a dit: « vite, ! construisons un nid, il est temps, nous allons avoir des bébés. » nous nous sommes mis au travail et pour faire notre berceau nous avons choisi l'olivier du jardin, bien touffu où des centaines d'olives commencent à grossir ; d'abord, j'ai pris mes précautions, je suis allée demander la permission au vieux chat ; je me suis posée sur la plus basse branche ; il était là sur la terrasse assis sur son gros derrière ; nous nous sommes regardés ; j'ai fait les doux yeux à son regard d'acier ; il a compris et a ouvert le bec ; Non, pas le bec idiote ! mais ça voulait dire « d'accord ! »

Avec des brindilles que nous trouvions un peu partout dans le jardin ainsi qu'un petit ruban de plastique qui nous a permis de le consolider, le nid fut rapidement construit ; il était grand temps car j'ai senti une irrésistible envie de... pondre ; ainsi deux œufs sont sortis de moi ; des jumeaux quel bonheur ! Je me suis posée délicatement sur eux et me suis mise à couver ; la nuit, Roro venait me relayer tandis que je cherchais des graines pour me nourrir et nous nous faisions des « roucoucou » pour nous assurer que tout se passait bien ; c'est ainsi que nous avons attiré l'attention des 2 petits vieux. Il fallait voir comme ils étaient contents de trouver un nid dans leur olivier car je sais que cet arbre est sacré pour eux ; il représente un havre de paix ; ils l'ont planté pour un être aimé disparu et caressent quelques feuilles quand ils passent près de lui, l'olivier leur rend cet amour en produisant une dizaine de kilos de fruits tous les ans.

Quand ils m'ont découverte, vite ils ont écarté les branches et m'ont photographiée ; j'étais très fière de passer à la postérité grâce à cette photo.

Le gros matou dormait sous l'arbre jour et nuit ; une nuit, Roro m'a raconté qu'un chat noir est venu en catimini sur le mur du jardin ; notre ange gardien s'est réveillé en sursaut et l'a poursuivi en poussant des feulements de tigre miniature ; nous n'avons pas revu l'intrus et nous étions très rassurés par la présence de ce félin protecteur.

Un jour, je me suis absentée quelques minutes pour chercher quelques graines quand en revenant au nid, j'ai aperçu deux petites têtes j'ai compris que mes enfants étaient nés. J'ai aussitôt appelé Roro, je crois qu'il a volé aussi vite qu'un aigle ; nous avons roucoulé de bonheur : un garçon et une fille ; que demander de mieux ?

Quand ils ont commencé à bouger, je me suis empressée de leur verser dans le bec du lait de jabot. Eh non ! Il n'y a pas que les mammifères qui produisent du lait ; nous aussi, mais il ne vient pas de la même source ;

Les petits vieux aussi ont vu la présence des bébés ; ils étaient aussi heureux que nous, vite ils ont pris des photos.

Lui : « un des deux a une tête plus grosse que l'autre, c'est sûrement un mâle et le second une femelle ! »

Elle répondit en riant : « une grosse tête pleine de vide comme tous les mâles de notre planète ! »

Lui : « celle-là je l'attendais, et si nous les appelions Léon et Léontine ; qu'en pense-tu ? »

Roro et moi perchés sur l'antenne, nous trouvions ces prénoms un peu démodés mais il fallait bien remercier nos hôtes alors nous avons acquiescé en hochant la tête car vous ne le saviez peut-être pas, mais nous comprenons les humains : leur langage, leurs intentions, leurs sentiments ; de les regarder vivre au quotidien, nous arrivons à lire dans leur esprit.

Nos deux petits vieux étaient simples et chaleureux ; plusieurs fois par jour, ils écartaient les branches et regardaient les tourtereaux grandir

Un si joli jardin de Jacqueline Farineau (suite 1)
Un si joli jardin de Jacqueline Farineau (suite 1)

Publié dans Artiste du jour

Commenter cet article