MULTIFADA, SORCIERE DES GRANDS BOIS

Publié le par REGARDS

L'histoire complète de la sorcière Multifada...

MULTIFADA, SORCIERE DES GRANDS BOIS

MULTIFADA, SORCIERE DES GRANDS BOIS

MULTIFADA, SORCIERE DES GRANDS BOIS

 

En l’an 2016 de notre ère, Multifada, la sorcière des grands bois, commence une difficile journée. Tous les ans, en cette journée des sorcières, elle se doit de créer un nouveau breuvage et le distribuer, dans la nuit au plus grand nombre.

Tâche délicate, Multifada vieillit et son corps, souvent accidenté lors de ses multiples voyages, fatigue légèrement.

Multifada connait exactement les besoins de ce monde et en sait les remèdes ! Il lui manque seulement quelques ingrédients pour que son chaudron magique  cuise et recuise chacun.

Mais c’est là le grand souci de Multifada !

Elle doit trouver des excréments de différentes créatures vivant en ce monde, entre autre de l’espadon, de l’araignée Trapadoor de Floride, de l’Aye-Aye*, et de grenouille de verre mais aussi et surtout, l’élément dont elle ne peut se passer, de la condensation de la vapeur d’eau libérée par les moteurs d’avion en vol. Sans eux, sa recette ne vaut rien. Et elle se doit d’être, comme toujours, la meilleure sorcière de l’année au concours de la forêt de Brocéliande.

Malgré sa fatigue, due à son âge vénérable de 342 ans, elle enfourche à la tombée de la nuit, Grégoire, son balai, et s’envole en direction des mers tropicales pour trouver un espadon.  Comme toujours, elle a emporté ses remèdes avec elle. On ne sait jamais, la route est longue et en passant si elle peut apporter un peu de bien-être… Elle entame là un tour du monde, certes, bien fatiguant mais prometteur de rencontres amicales et de nouvelles découvertes. Elle est très en retard et ne peut prendre le temps de voir toutes ses amies sur le chemin. Chacune la voit passer bien trop vite. Elle est largement en excès de vitesse !

Grégoire lui pose régulièrement des soucis, il vieillit lui aussi, et cette fois, il ne répond pas à sa demande d’aller à droite, il décide de continuer tout droit. En effet, il a entendu pleurer un enfant, loin, très loin. Ces pleurs lui fendent le cœur et il veut savoir d’où cela vient et surtout s’il peut l’aider. Multifada est furieuse et lui ordonne de changer de direction. Rien n’y fait, il continue tout droit.

- Et bien soit, fais comme tu l’entends ! lui dit-elle, tu as sans doute tes raisons.

En s’approchant, chacun entend les pleurs qui déchirent l’air. Arrivant sur place, le spectacle est désastreux. Gisent, ici est là des êtres inertes, les gravas de leur maison sont éparpillés sur tout le secteur. En regardant plus précisément, ils découvrent le corps d’un enfant caché dans le creux d’un arbre. Ses sanglots redoublent et déchirent le cœur de Multifada et de Grégoire. Très vite, ils comprennent qu’un typhon est passé par là, démolissant tout sur son passage. Elle s’approche de chacun et verse quelques gouttes de l’une de ses potions. Les corps s’animent et peu à peu la plage reprend vie. L’enfant leur offre un sourire que jamais ils n’oublieront.

Ils reprennent leur voyage en allant encore plus vite. Tout n’est pas perdu, elle peut encore arriver à temps, d’autant qu’elle a pu récupérer, sur cette plage de l’excrément d’espadon qu’elle a soigneusement rangé dans sa bourse d’or !

Direction, non loin de là, du moins pour une sorcière, la Floride ! Le balai vole en laissant une trace blanche dans le ciel. Il a dépassé le mur du son. Ils croisent un avion qui laisse échapper une fumée noirâtre qui ne présage rien de bon. L’un de ses moteurs est en feu. Le pilote essaie de garder le cap, ils sont si près de la piste d’atterrissage. Il aperçoit alors nos deux compères s’approcher du moteur et y jeter des gouttes bien rouge… Il craint le pire ! A son grand étonnement, il comprend qu’ils viennent de sauver l’avion et ses passagers, le feu est éteint. Il sera assez difficile, pour le pilote et les passagers d’expliquer exactement « ce miracle ». Ils s’éloignent rapidement non sans avoir prélevé la précieuse vapeur d’eau !

Vite Multifada n’a plus beaucoup de temps et elle doit encore trouver la grenouille de verre en Equateur ! Cet animal, extrêmement rare va lui être difficile à trouver. Elle appelle donc, tout en y allant, une amie sorcière qui habite non loin et qui connait bien la faune de ce pays.

Cette amie lui indique le point précis de leur lieu de reproduction et repart rapidement dans la forêt profonde. Multifada, heureuse de n’avoir pas perdu de temps cette fois, file tel le vent dans cette direction et essuie, en guise de bienvenue des tirs de mitraillettes. Elle avait oublié que certaines frontières sont encore fragiles. Qu’importe, notre sorcière bifurque vers le lieu indiqué et découvre très vite l’objet de leur recherche. Ouf, le précieux butin est bien là. En repartant, Multifada voit sortir de nulle part  un couple avec trois enfants. Ils ont leurs habits de fête et se dirige vers le village, à quelques sauts de balai. L’homme lui fait de grands signes.  Elle est exténuée, a besoin d’un peu de repos !

- Demain c’est jour de fête chez nous, ma famille vous invite à fêter ce jour avec nous !

- J’accepte avec joie dit-elle et assiste au dernier défilé de la fête, traditionnellement suivi d’un repas simple mais frugal… Danses, concerts, dévotion à divers saints, etc…

Les festivités passées direction Madagascar… Voyage facile, sans vraiment d’incident ! Son repos lui a été bénéfique !

- Ouf pense Multifada… J’ai encore une chance d’autant que ces animaux vivent de nuit  et vont donc lui faire gagner du temps !

Mais voilà, c’est sans compter sur les Aye-Aye qui sont tous à une conférence internationale sur l’alimentation saine ! Et oui, comme les humains, ils ont pris de mauvaises habitudes alimentaires et doivent revenir à une meilleure alimentation. En arrivant sur les lieux de la conférence, Multifada est arrêtée sur le champ par la police Aye-Aye pour intrusion. Ils ont en effet très peur des attentats qui pourraient faire disparaître leur race ! L’être humain les déteste et pense qu’ils portent malheur ! Comment expliquer sa mission à un juge. Elle est condamnée à 10 ans de travaux généraux  par un tribunal d’exception. Multifada est dirigée, sous bonne escorte sur son nouveau lieu de résidence ! Heureusement Grégoire est libre et vient l’enlever durant le trajet.

Très vite elle s’éloigne de ce lieu et prend la direction de sa forêt à quelques milliers de pas de balais de là ! Elle réalise soudain qu’il lui manque un ingrédient !

                - Mais oui, bien sûr, se dit Multifada ! En Floride, en sauvant l’avion, j’ai oublié l’araignée Trapadoor ! Cette fois j’ai perdu, je n’ai plus assez de temps !

Notre sorcière est décontenancée, déçue mais particulièrement opiniâtre. Elle décide donc de partir pour l’Australie où réside cette fameuse araignée.  Après des heures de lutte contre les vents qui perturbent Grégoire, enfin, elle aperçoit les côtes de cette île. La partie n’est pas gagnée. L’araignée est dangereuse. Elle n’a pas d’antidote à la piqure… Donc prudence !

- La voilà, elle est là, juste à côté de son terrier. Je vais attendre un peu elle va bien finir par s’éloigner. Mais notre araignée reste tranquillement, inerte, ouvrant juste un peu ses grands yeux. Multifada ne peut attendre. Elle décide donc de s’éloigner un peu et imite le bruit d’une araignée male, puis femelle, ne sachant exactement comment les reconnaître. L’araignée bouge légèrement, écoute et file en direction du bruit. Notre sorcière en profite pour passer la main dans le terrier et en ressortir l’excrément tant convoité.

 

Cette fois, le compte est bon. Multifada et Grégoire arrivent enfin dans leur forêt. Le temps a passé et elle sait qu’il est trop tard mais décide, malgré tout, de mettre à cuire son breuvage !

Et c’est en touriste qu’elle assiste au grand rassemblement des sorcières. L’an prochain elle sera prête pour donner au monde ce breuvage magique. Il suffira alors à quelques êtres humains d’en boire et telle une épidémie, en se touchant simplement de la main, ils rendront chacun heureux et paisible.

La paix pourra enfin régner sur cette terre ! Plus qu’un an à attendre…

 

 

Yvonne Ollier

 

 

*Aye-Aye : petit animal de Madagascar

Commenter cet article