VERDUN de Jacqueline Lahsen

Publié le par REGARDS

Verdun ton nom résonne tel le glas

Et ton coeur se souvient de ces trépas

Images évanescente de morts imposées

De visages tourmentés enfin reposés

 

Immenses jardins de tombes ombrées

Où sont abolies religions et frontières

Où se murmure avec foi la même prière

Ne plus jamais réaliser de telles croix...

 

Ils s'appelaient, Charles, Joseph, Georges ou Jean

Tous avaient enfoui dans leur musette : L'espoir !

Celui de retourner chez eux couvert de gloire

Hélas le destin est intransigeant...

 

Nos valeureux guerriers connurent les tranchées,

Découvrirent les néfastes gaz asphyxiants

Inhumaine arme des allemands...

Poison meurtrier, moralité entachée

 

La mort dans un nuage obscurcissant le ciel,

Pernicieuse traitresse s’infiltrait  avec rage

Faisant dans les tranchées d'indescriptibles ravages

Arme silencieuse à l'odeur pestilentielle...

 

Lancinante mort pour nos poilus

Pris comme des rats dans leur prison sordide

Fixant, la peur au ventre, le teint livide

Leurs vaillants compagnons dans la boue étendue

 

Souvenons-nous de la grandeur de leur sacrifice

Tant de vies fauchées en pleine jeunesse

Pour que nous retrouvions cette unique richesse

La liberté ! Grandiose et imparable édifice

 

A présent...

Sur cette voie sacrée où blanchissent leurs os

Ils  sont bercés par le murmure des feuillages

Et le doux chant des oiseaux sur les branchages

Ils ont enfin trouvé le repos !

 

 

              Jacqueline Lahsen

Publié dans Poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacqueline 11/11/2017 19:01

Bonsoir LN, merci beaucoup pour ce chaleureux commentaire.
Amicalement.
Jacqueline

ln 11/11/2017 15:20

Tres beau, merci Jacqueline et REGARDS...
LN