Le Clairon

Publié le par REGARDS

Dans la brume automnale,

Les yeux embués de larmes

Il posa son arme

Pour souffler dans son clairon

          Et faire taire les canons.             

 

La sonnerie zébra l’azur

Courut sur la plaine

Faisant vibrer le sol

Et frissonner l’horizon…

 

Alors…

Des entrailles de la terre

Surgirent…

Sales et déguenillée,

Des soldats incrédules

Hurlant en chœur :

                                  La guerre est finie !

 

Ils remercièrent le ciel

Témoin impuissant

De la folie humaine…

Celle qui leur offrit

Durant quatre années,

Une sépulture à ciel ouvert

Et le poids de la terreur…

 

Le cœur battant, ils murmurèrent…

                                     La guerre est finie !

 

Vint le silence de mémoire

Pour les sacrifiés de l’histoire

Ceux qui ne virent de l’horizon

Que l’enfer et le canon…

 

Et durant ce temps,

Sur le bord d’une tranchée

Aux douloureuses béances

Une colombe silencieusement

Vint se poser

Sur la glèbe ensanglantée.

 

Elle regarde et sait…

Que l’armistice n’est pas la paix,

Seulement un pas

Pour stopper l’hécatombe

D’autres trépas…

 

Soldat, attends… Garde ton clairon

Et reviens sonner la paix,

Si l’armistice est une victoire,

Bien plus triomphale sera la paix

 

 

 

                                                                       Jacqueline Lahsen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article