Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Remise des prix à la CLIS de Bas en Basset (43)

Publié le par REGARDS

structure 0015

      Lors de la remise des prix en mai à Varennes-Vauzelles, nous avions accueilli un des lauréat, Davud, ses parents d'accueil et Mme Cuerq, bénévole à l'école de Bas en Basset, et à l'origine de la participation de la CLIS à notre concours (et à bien d'autres...), et avions convenu, qu'Yvonne Ollier et Jacky Questel, de passage non loin de Bas en Basset en juin, passerait à l'école et remettrait à chaque enfant, une médaille...

structure 0009

 "Le lundi 21 juin, nous sommes arrivées en fin de matinée à l'école... Un repas avec Mme Cuerq (bénévole), Mme Giron (institutrice de la CLIS) et Mme Charreyron, (directrice de l'école) donne à mieux nous connaître. Ce moment fort sympatique nous fait découvrir l'école St-Joseph, apprécier la volonté des enseignants et comprendre que pour tous, l'essentiel était l'autre...

Valeur ô combien commune avec Regards !

 

Retour à l'école... L'après-midi "spéciale poésie" se prépare.

Les élèves arrivent dans la classe...

Alex, Anne–Lucie, Corentin, Davud, Emeric, Fabian, Guy, Jonathan, Laurianne, Maéva, Mathieu, Quentin... 12 enfants qui nous regardent. 12 enfants de la CLIS. 12 enfants en difficultés d'apprentissage scolaire. 12 enfants impressionnés, timides, interrogatifs, impatients... 12 enfants beaux dans leur regard.

Ils savent qu'ils vivent un moment... leur moment... Ils sont les héros de l'école. Et ils le vivent sans doute aussi fortement que leurs parents réunis pour ce grand moment.

Mme Giron, Mme Cuerq et Mme Charreyron, émues elles-aussi... assurent la bonne marche et la convivialité du moment. Tout est prêt, nous pouvons commencer.

Toutes les classes participeront à ce moment. Chaque classe, par petits groupe, vient offrir un texte, une poésie... des mots à leurs copains. Tous fiers de ce moment. Et les institutrices émues, attentionnées, attentives, soutiennent d'un regard, d'un geste, d'un mot Leurs élèves. Des mots récités, partagés pour dire la joie de chacun.

Et durant toute cette après-midi, ces 12 enfants, d'ordinaire assez dissipés, ont été "sages comme des images".

Après les lectures des plus grands, et devant eux.. remise des médailles à chacun et chacune...

Les yeux se fixent sur l'objet porté autour du cou... On le touche, on le tourne, le retourne... On le quitte... On le donne à maman pour vite venir la rechercher ensuite...

 

Spectacle inoubliable que nous fut offert en cette après-midi...

 

Et de tout cela, les mots échangés m'émeuvent, me donnent larme... larme d'émotion, de joie, de promesse d'avenir meilleur... larme de vie tout simplement.

 

Merci à vous, enfants, enseignants, bénévoles... Merci de ces moments, merci de ce que vous êtes... Merci et à très bientôt pour de nouveaux mots, de nouvelles rencontre.

 

 

 

 

Y. Ollier

Partager cet article

Repost 0

Dans le magazine Faire Face de juillet-août

Publié le par REGARDS

Carte blanche à Priscille Vincens,

artiste peintre,

 

 

Comme pour chaque numéro d’été, le magazine Faire Face donne carte blanche à une personnalité. Après Marie Darrieussecq et Didier van Cauwelaert, c’est Priscille Vincens, artiste peintre qui livre ses coups de coeur artistiques dans les colonnes du magazine.

Priscille Vincens est « née à 32 ans », le jour où à cause d’un grave accident elle se retrouve amputée de trois de ses membres. Au lieu de l’anéantir, cela la révèle à elle-même et elle devient ce qu’elle a toujours voulu être : artiste peintre.

 

 

Priscille Vincens : une renaissance !

« Je ne me suis jamais sentie aussi entière que depuis que je vis avec un corps incomplet. Jamais aussi heureuse que depuis que je suis handicapée » annonce d’emblée Priscille Vincens. Sa recette du bonheur ? « La vie est précieuse. Il faut se donner les moyens de bien la remplir. Ma philosophie ? Faites-vous plaisir ! »

C’est au centre de rééducation de Valenton, dans le Val-de-Marne, entourée de jeunes gens habités par une rage de vivre qui lui manque, que le déclic se produit. Priscille Vincens se consacre enfin totalement à sa passion : la peinture.

Inscrite dans un courant (l’expressionnisme sensualiste), elle expose en France et à l’étranger (galerie Synchronicity Fine Arts à New-York) et réalise également des performances artistiques en direct lors de concerts et de spectacles de danse.

   

Ses choix artistiques

Après un portfolio de 3 pages consacré aux œuvres de Priscille Vincens, le lecteur découvre Nicolas Stutzmann, conteur atypique et plasticien, et Ali Fekih, danseur, mime et chorégraphe par le biais d’une interview croisée. Le combat et l’engagement artistiques relient ces trois artistes qui plaident pour une société où l’art aurait davantage de place.

Le magazine Faire Face se penche ensuite sur le cas particulier de l’acrotomophilie : l’attirance sexuelle pour des personnes amputées. Des victimes de ces acrotomophiles témoignent de leur expérience et mettent en garde contre ces agissements.

C’est ensuite Arno Marvillet, poète atteint de mucoviscidose et Jacques-Henri Bidermann, photographe et réalisateur qui prennent place dans le magazine, l’un avec ses poèmes ; l’autre avec ses photos de corps différents, et qui incitent tout deux à regarder autrement.

Un extrait de la nouvelle Royaume Lumière de l’auteur et peintre Marie-Hélène Justin vient clore ce dossier. Royaume Lumière, pour aider à dépasser la souffrance physique liée à la maladie : une forme de résilience.

 

 image004

Partager cet article

Repost 0