ÉCRIVAINS HAUT-MARNAIS

Publié le par REGARDS

Qui se souvient de vous,

Écrivains haut-marnais,

De naissance ou séjour,

Qui peuplez ma mémoire ?

Quelques mots oubliés,

Repris par d’autres bouches… 

 

Et voici, pêle-mêle :

Sieur Edmond Haraucout 

Le natif de Bourmont :

Partir, c’est mourir un peu,

C’est mourir à ce qu’on aime…

Voici André Theuriet 

Et les bois d’Auberive :

Brin d’osier, brin d’osier,

Courbez-vous assouplis

Sous les doigts du vannier…

Du dévot Paul Claudel,

Disciple comme moi

Du Collège à Wassy :

Seule la rose est assez fragile

Pour exprimer l’éternité…

Du Général de Gaulle,

Hôte de Colombey :

Regardant les étoiles,

Je me pénètre

De l’insignifiance des choses…

De Roger Clérici,

Sis à Coiffy-le Haut :

Mais en ce découvert de nos astres,

A quoi bon remuer la cendre...

Du discret Paul Chaulot ,

Né à Lanty-sur-Aube :

Le pays d’où je viens

N’est d’aucune mémoire…

Voici Louise Michel,

Dite la Vierge rouge,

Née à Vroncourt-la-Côte :

La mort comme un berger

Qui compte son troupeau…

Et André Fontanel,

Oublié de nos jours :

Je guettais, écrasant

Des rêves sur ma tempe…

Les deux frères Goncourt,

De leur Académie :

Tout homme de lettres

Est à vendre…

Aussi Bernard Dimey,

Nogent-en Bassigny :

J’aimerais tant voir Syracuse

Pour me souvenir à Paris…

 

Il y en a tant d’autres :  

Jean-Gabriel Gigot,

Fondateur des Cahiers,

Et puis Jean Robinet,

Poète et paysan,

Et Jehan de Joinville,

Chroniqueur valeureux

De la vie de Saint-Louis,

Et Denis Diderot,

Illustre enfant de  Langres,

Et, peut-être, Voltaire,

Réparant à ses frais

Le Château d’Emilie,

Près de Cirey-sur-Blaise…

 

Nostalgie, temps enfui…

Et moi, pauvre  bragard,

Natif de Saint-Dizier,

Restera-t-il deux vers

Dans ma poèmeraie

Que diront des quidams

Sans connaître l’auteur ?

Max-Firmin Leclerc

 

 

Publié dans Artiste du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article