Ode du Nouvel An

Publié le par REGARDS

Tandis que vers le soir, la brume vespérale

Habille chaque objet de son charme envoûtant

Le jour pâle et contrit s’enfuit en tremblant

Laissant dans la pénombre, un doux reflet d’opale !

 

Sur le marbre veiné d’éclats de pourpre et d’ambre,

Repoussant le mystère au bord de l’infini

Qui déchire sont voile au temps infini

Une flamme s’allume, ondule puis se cambre !

 

Sur le vieux chandelier s’écoulent les années,

Et la plume s’éprend des parchemins jaunis

Racontant sa mémoire aux siècles désunis

Brèves larmes de cire aux couleurs surannées !

 

Au miroir, se reflète une époque passée,

D’émouvants souvenirs, d’une tendre ferveur

Murmurent doucement à mon esprit rêveur,

Joie et pleur, nostalgie, à son tour ressassée !

 

Du piano s’échappe une note étouffée

Émotion d’artiste au moment de prier.

Alors que sur le mur, le beau calendrier

Présente l’avenir, sur un pas Coryphée !

 

Cécile MEYER-GAVILLET

 

 

 

 

Le 31 décembre 2010

 

Publié dans Artiste du jour

Commenter cet article