LE JARDINER de Maurice Carême

Publié le par REGARDS

 

Le jardinier a déposé sa bêche,

Il a frotté ses mains pleines de terre,

Puis est passé près des roses trémières

Pour se cueillir une pesante pêche.

 

Il a mordu dedans à pleines dents,

Et le jus a coulé dans la lumière

Sur son menton encore tout mouillé

De sueur chaude mêlée de poussière.

 

Il a levé son front clair vers le ciel

Tout bleu sur le toit rouge des maisons

Et il a vu la dernière hirondelle

Faire des noeuds autour de son pignon.

 

Longtemps, il a regardé l’horizon ;

Il a jeté le noyau de la pêche,

S’est essuyé de la main le menton

Puis, souriant, il a repris sa bêche.

 

                         Maurice Carême

                          Brabant

   Ecrit à Itterbeek le 25 septembre 1962                                          

 

                                                                       © Fondation Maurice Carême

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article