Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Printemps des poètes 2015

Publié le par REGARDS

Thème de cette année : " L’insurrection poétique "

Appel à textes :

Création de fascicules de 12 à 15 pages ou feuilles libres distribuées au gré du vent
printanier… Ces livrets sont édités par l’association Regards.
Vos textes seront insérés, après lecture auprès d’un comité de lecture, dans un fascicule distribué
gratuitement à 1 500 exemplaires en France et à l’étranger.
1. Merci de nous envoyer un texte en rapport avec le thème "l’insurrection poétique" (poésie moins de
30 lignes) ou un dessin (noir et blanc) pour insertion.
2. Diffusion par vous, adhérents ou amis de Regards en tous lieux de votre souhait.
3. Fin-février, nous vous envoyons les 15 fascicules (contre 6 timbres).
4. Tous les textes seront enregistrés et diffusés lors de notre émission radio « de l’art vite » et mis en ligne sur notre site Regards.

 

Pour tous contacts :
Association REGARDS – 5 résidence des gazons – Rue Château Gaillard

58150 Pouilly sur Loire
Tél. : 03 86 20 19 92 - 06 25 02 31 20
Courriel : associationregards@wanadoo.fr
Site internet : http://www.regards.asso.fr/

Printemps des poètes 2015

Partager cet article

Repost 0

Concours des cordées !

Publié le par REGARDS

CONCOURS INTERNATIONAL

"LES CORDEES"

(8è EDITION)

Créé par l’Association des Paralysés de France et l’Association Regards

Présidente d'honneur : Aline Pairet

Présidente du jury : Marie David C.

 

Pour tout savoir sur le concours des Cordées, si vous le souhaitez dans une autre version, merci de nous envoyer un mail : associationregards@wanadoo.fr

 

Concours des cordées !

Publié dans concours

Partager cet article

Repost 0

Concours amis

Publié le par REGARDS

GRAND PRIX DES LETTRES 2015

de la Société Académique des ARTS-SCIENCES-LETTRES

 

 

I/ CONDITIONS :

            Le concours est ouvert à tous les poètes et écrivains d'expression française, hors les membres du conseil d'administration et du jury.

II/ Le concours comporte  CINQ SECTIONS

1) - Prix Roger PINOTEAU : Poésie classique (vers réguliers ou Formes Fixes) Thèmes libres

2) - Prix Claude FERRER : Poésie néo-classique

3) - Prix René FLAMENT : Poésie libre et libérée

4) - Prix Thérèse MERCIER : Prose poétique

5) - Prix Jacques CHABANNES : Nouvelle en prose

III/ PARTICIPATION : Pas plus de DEUX œuvres par section – Dans chacune d'elles, les thèmes sont libres mais tout envoi à caractère licencieux ou politique est exclu et chaque œuvre devra être TITRÉE.     

          Les œuvres  déjà envoyées les années précédentes, même    non primées ont automatiquement exclues du concours

- Longueur maximale des œuvres :                            

- Pour les œuvres poétiques : 32 vers.

- Pour les œuvres en prose : 200 lignes ou interlignes

- Nombre d'exemplaires : chaque œuvre sera présentée en 5 exemplaires impérativement dactylographiés ou en caractères d'imprimerie, uniquement sur feuillets 21 x 29,7 cm. Recto seulement.

IV/ ENVOIS : Les œuvres doivent être anonymes. Chacun des textes portera en haut et à droite de la première page un code de trois lettres suivi de trois chiffres, avec au-dessous,  obligatoirement, le nom du prix auquel l'œuvre est présentée. Le même code sera utilisé pour toutes les sections auxquelles le candidat aura participé. Le code précité sera reproduit sur une enveloppe cachetée contenant :                                                                       a) Deux enveloppes libellées à son adresse et affranchies au tarif en vigueur, pour envoi de l'invitation à la lecture du palmarès et à la remise des prix

        b) Une fiche d’inscription soigneusement  remplie où figureront : nom et adresse complète du candidat (ville, rue, code postal), numéro de téléphone fixe ou mobile et le cas échéant (vivement souhaité), adresse courriel (très lisiblement écrite), ainsi qu'un récapitulatif des œuvres présentées dans chacune des sections.

      c) Le total des droits de participation au concours, à                        savoir     - Le droit fixe de secrétariat de 10 €                                                                                              

                      - Le montant  correspondant  au nombre de sections  choisies.

V/ PRIX ET RECOMPENSES :

a) Au LAUREAT de chacune des cinq  sections : un grand diplôme d'honneur et une coupe, médaille, objet d'art ou prix divers

b) Le Lauréat auteur des œuvres les mieux classées pour leur valeur artistique dans le plus grand nombre de sections se verra attribuer le GRAND PRIX DES LETTRES «ASL» représenté par un TROPHEE ARTISTIQUE et un diplôme. Le prix de la section correspondante sera accordé à l'œuvre classée au second rang de la dite section.

c) Un Prix spécial ou un diplôme d'honneur pourra              éventuellement être attribué sur décision du Jury.

            Les Prix devront obligatoirement être retirés par le Lauréat ou son représentant le jour de la remise officielle du Grand Prix

VI/ DATES DU CONCOURS : Ouverture le 15 septembre 2014 Clôture impérative de la réception des envois : le  6 Février 2015 et envoi du palmarès à tous les concurrents le 23 Février.

REMISE OFFICIELLE DES PRIX: le Samedi 7 Mars 2015, à l'issue de l'Assemblée Générale des Arts-Sciences-Lettres, dans les salons de l'hôtel INTER-CONTINENTAL PARIS-LE GRAND – 2, rue Scribe – 75009 Paris – métro Opéra, suivi d'un repas facultatif.

VII/ EXPEDITION DES ŒUVRES : Aucune expédition ne devra être effectuée en recommandé ni suivi ou sous couvert d'un Organisme ou d'une Association.

Expédition et renseignements uniquement à l'adresse suivante : ARTS-SCIENCES-LETTRES - Madame Lucette MOREAU 40 Avenue Cochery 45200 MONTARGIS             –Tél  02 18 12 61 22 – moreaulucette(@)neuf.fr.                             

En aucun cas, ils ne  devront être envoyés au siège des ASL

L'enregistrement du chèque de participation tiendra lieu d'accusé de réception. Aucun manuscrit ne sera retourné.

VIII/ DROITS DE PARTICIPATION ET PAIEMENT

Pour tous les participants, un droit fixe de secrétariat de 10 €,              auquel s'ajouteront :

    - pour les adhérents ASL : 6 € pour chacune des sections dans lesquelles l'auteur enverra un ou deux textes.

 - pour les non adhérents ASL : 10 € pour chacune des sections dans lesquelles l'auteur enverra un ou deux textes.

   Le total de ces deux montants sera couvert en un seul chèque bancaire, postal, ou mandat international joint à l'envoi et établi exclusivement à l'ordre de : Arts Sciences Lettres/Paris, compte LCL 00425 0000445666D, identifiant international bancaire .IBAN : FR66 3000 2004 2500 0044 5666 D68 BIC : CRLYFRPP

 

IX/ JURY ET CONVENTIONS :

1/ Le Jury sera présidé par une personnalité du monde des lettres, assistée du secrétaire du Prix et de personnalités très qualifiées en Lettres et en Poésie.

Tout lauréat des précédentes années est mis hors concours pour trois ans dans les sections où il a obtenu un prix.

2/ Les décisions du Jury sont SANS APPEL et ne pourront faire l'objet de réclamation d'aucun ordre auprès de la Société.

3) Les candidats  demeurent seuls responsables de  l’authenticité de leurs envois

4/ Toute participation reste acquise à la Société et pourra éventuellement faire l'objet d'une publication si elle est primée.

5/ Tout envoi NON CONFORME au présent règlement ou non accompagné de l'ensemble des droits, y compris les 10 € de droits de secrétariat, sera systématiquement mis HORS CONCOURS.

 

       cd 

(*) Pour tout renseignement contacter Mme MOREAU – 40

Avenus Cochery 45200 MONTARGIS      02 18 12 61 22

 

 

 

Concours amis

Publié dans c

Partager cet article

Repost 0

Un si joli jardin de Jacqueline Farineau (fin)

Publié le par REGARDS

« bonjour mes petits chéris, vous grandissez bien ? Tout va bien ? » disait-elle

« bonjour Léon et Léontine ! » disait-il et il faisait claquer sa langue pour les interpeller ; les petits ont vite compris qu'ils étaient des amis et clignaient des paupières en les regardant.

La croissance des enfants était rapide, ils devenaient des adolescents ; un jour, Léon s'est élancé et a volé quelques centimètres pour se poser sur une branche proche du nid, aussitôt imité par sa sœur ; deux jours plus tard, ils étaient perchés sur l'antenne ; Roro et moi posés sur le toit de l'appentis du jardin, nous surveillions leurs premiers vols, à la fois fiers et inquiets ; durant ce temps, l'appareil photo travaillait !!!!

Un matin, ils ont pris leur essor et se sont envolés vers le petit bois pour retrouver la communauté des colombidés ; ils n'ont plus besoin de nous, ils sont autonomes ; mais nous espérons que lorsque l'un ou l'autre voudront fonder une famille qu'ils retrouveront ce si joli petit jardin avec son olivier et le gros chat qui dort dessous ; là où n'est que calme et sérénité !!

Un si joli jardin de Jacqueline Farineau (fin)

Publié dans Artiste du jour

Partager cet article

Repost 0

Un si joli jardin de Jacqueline Farineau (suite 1)

Publié le par REGARDS

Un si joli jardin de Jacqueline Farineau (suite 1)

Quelques jours plus tard, je me suis sentie bizarre ; j'en ai fait part à Roro ; celui-ci a dit: « vite, ! construisons un nid, il est temps, nous allons avoir des bébés. » nous nous sommes mis au travail et pour faire notre berceau nous avons choisi l'olivier du jardin, bien touffu où des centaines d'olives commencent à grossir ; d'abord, j'ai pris mes précautions, je suis allée demander la permission au vieux chat ; je me suis posée sur la plus basse branche ; il était là sur la terrasse assis sur son gros derrière ; nous nous sommes regardés ; j'ai fait les doux yeux à son regard d'acier ; il a compris et a ouvert le bec ; Non, pas le bec idiote ! mais ça voulait dire « d'accord ! »

Avec des brindilles que nous trouvions un peu partout dans le jardin ainsi qu'un petit ruban de plastique qui nous a permis de le consolider, le nid fut rapidement construit ; il était grand temps car j'ai senti une irrésistible envie de... pondre ; ainsi deux œufs sont sortis de moi ; des jumeaux quel bonheur ! Je me suis posée délicatement sur eux et me suis mise à couver ; la nuit, Roro venait me relayer tandis que je cherchais des graines pour me nourrir et nous nous faisions des « roucoucou » pour nous assurer que tout se passait bien ; c'est ainsi que nous avons attiré l'attention des 2 petits vieux. Il fallait voir comme ils étaient contents de trouver un nid dans leur olivier car je sais que cet arbre est sacré pour eux ; il représente un havre de paix ; ils l'ont planté pour un être aimé disparu et caressent quelques feuilles quand ils passent près de lui, l'olivier leur rend cet amour en produisant une dizaine de kilos de fruits tous les ans.

Quand ils m'ont découverte, vite ils ont écarté les branches et m'ont photographiée ; j'étais très fière de passer à la postérité grâce à cette photo.

Le gros matou dormait sous l'arbre jour et nuit ; une nuit, Roro m'a raconté qu'un chat noir est venu en catimini sur le mur du jardin ; notre ange gardien s'est réveillé en sursaut et l'a poursuivi en poussant des feulements de tigre miniature ; nous n'avons pas revu l'intrus et nous étions très rassurés par la présence de ce félin protecteur.

Un jour, je me suis absentée quelques minutes pour chercher quelques graines quand en revenant au nid, j'ai aperçu deux petites têtes j'ai compris que mes enfants étaient nés. J'ai aussitôt appelé Roro, je crois qu'il a volé aussi vite qu'un aigle ; nous avons roucoulé de bonheur : un garçon et une fille ; que demander de mieux ?

Quand ils ont commencé à bouger, je me suis empressée de leur verser dans le bec du lait de jabot. Eh non ! Il n'y a pas que les mammifères qui produisent du lait ; nous aussi, mais il ne vient pas de la même source ;

Les petits vieux aussi ont vu la présence des bébés ; ils étaient aussi heureux que nous, vite ils ont pris des photos.

Lui : « un des deux a une tête plus grosse que l'autre, c'est sûrement un mâle et le second une femelle ! »

Elle répondit en riant : « une grosse tête pleine de vide comme tous les mâles de notre planète ! »

Lui : « celle-là je l'attendais, et si nous les appelions Léon et Léontine ; qu'en pense-tu ? »

Roro et moi perchés sur l'antenne, nous trouvions ces prénoms un peu démodés mais il fallait bien remercier nos hôtes alors nous avons acquiescé en hochant la tête car vous ne le saviez peut-être pas, mais nous comprenons les humains : leur langage, leurs intentions, leurs sentiments ; de les regarder vivre au quotidien, nous arrivons à lire dans leur esprit.

Nos deux petits vieux étaient simples et chaleureux ; plusieurs fois par jour, ils écartaient les branches et regardaient les tourtereaux grandir

Un si joli jardin de Jacqueline Farineau (suite 1)
Un si joli jardin de Jacqueline Farineau (suite 1)

Publié dans Artiste du jour

Partager cet article

Repost 0

Un si joli jardin de Jacqueline Farineau

Publié le par REGARDS

Un si joli jardin de Jacqueline Farineau

Un événement annuel se prépare dans le petit bois du quartier où ma famille a élu domicile : le ballet nuptial des columbidés ; moi Isabelle, jeune damoiselle tourterelle je n'ai pas encore envie de fonder une famille ; je me sens libre, indépendante et cette fête m'ennuie au plus haut point ; perchée sur la plus haute branche d'un laurier, je regarde de haut toute cette horde de mes congénères qui se pavane ; il faut voir les mâles qui se gonflent d'orgueil ; c'est à qui fera retentir les plus mélodieux des « roucoucou, roucoucou... » tandis que les filles, les scrutent en penchant la tête ; certaines prenant une attitude hautaine et d'autres béates d'admiration, ressemblent à des dindes ; enfin à chacun sa personnalité ! La nature n'est pas faite d'uniformité, heureusement !

Vraiment aucun de ces garçons ne me plaît ! Je vais aller voleter au calme, un peu plus loin de ce vacarme quand soudain j'aperçois un jeune homme qui regarde la fête perché sur une branche de chêne ; il semble triste... ou sérieux car ses yeux entourés de lunules noires lui donne un air d'intello ; j'apprécie son port humble ; il n'est pas comme les autres et c'est ce qui m'attire en lui ; je lève la tête vers lui et il me voit ; il incline la tête et cligne des paupières ; j'ose, je prends mon envol et me perche près de lui ;

« bonjour ! » lui dis-je, « tu ne vas pas à la fête ?

« bonjour ! Non cela ne m’intéresse pas ; j'ai déjà fait une migration mais partout où je suis passé, je n'ai pas encore rencontré la demoiselle qui me convient ; j'ai des copines mais je pense que je resterai célibataire ! »

Et moi, effrontément je lui pose la question : « peut-être es-tu gay ? »

« je ne crois pas, j'ai aussi des copains. »

« Mais tu n'as jamais eu envie de... » je n'ose pas poursuivre.

« bien sûr que si, c'est normal ; mais j'attends le grand amour ; je sais, c'est dépassé à notre époque mais qui puis-je ? Je suis un romantique.

Je trouve ce garçon tourterelle plutôt inattendu et ce qui m’intéresse c'est sa différence et ce que j'ai de commun avec les autres filles, c'est la curiosité.

« tu ne roucoules jamais, et pourquoi tu as des lunettes ? »

Il n'est pas agacé par mes interrogations.

« je réserve mon chant à celle qui partagera ma vie, et les cercles noirs autour de mon regard ; c'est le métissage de mes parents : turc et français ! »

« comment te prénommes-tu ? Moi c'est Isabelle ; »

« moi, c'est Roro ».

Et nous sommes devenus amis, nous nous retrouvions tous les soirs et nous avions de longues conversations mais je sentais bien qu'avec le temps, notre sentiment d'amitié évoluait ; je le trouvais beau et lui me regardait avec des yeux attendris.

Un soir nous étions perchés sur une antenne de télévision, et soudain il me dit : « regarde en dessous le joli petit jardin, il est si paisible, je l'ai bien observé, dans la maison vit un couple de vieux qui ne se dispute jamais ; s'ils élèvent quelquefois la voix, c'est qu'ils sont un peu sourds ; ils ont un vieux chat qui n'aime pas chasser, il tolère les oiseaux, mais ne supporte pas que des intrus de sa race pénètrent sur son territoire ; là ! Il est furieux ! Il passe ses journées à dormir sous l'olivier ou à se faire dorloter par sa maîtresse ; ne crois-tu pas... »

j'ai compris aussitôt quelles étaient ses intentions ! J'ai craqué ! J'ai approché mon bec du sien et nous avons échangé un baiser passionné ; ce fut une révélation pour nous deux et alors nous avons fait l'amour ; oh Je sais ! Vous allez penser que ce n'est pas très romantique de s'aimer sur une antenne de télé ; mais que voulez-vous, nous évoluons aussi vite que les humains avec leurs nouvelles technologies et puis qu'importe le lieu quand deux êtres vivent un amour irrésistible.

Publié dans Artiste du jour

Partager cet article

Repost 0

PIERRE ALAIN EN CONCERT le 10 aout dans le cher à 19 H 30

Publié le par REGARDS

Un moment inoubliable à vivre le 10 août

PIERRE ALAIN EN CONCERT le 10 aout dans le cher à 19 H 30
à la galerie Insolite - 1 rue des pêcheurs - le Guétin- Cuffy (18) - réservation conseillée : 02 48 80 40 20

Si l'auteur compositeur suisse Pierre Alain, né en 1943 à Genève, n'avait plus enregistré personnellement de disque depuis 2001, il n'a jamais cessé d'écrire ni de composer.
Depuis 1960, du bout de son Léman ou des bords de la Seine, Pierre Alain cisèle et souffle des chansons qui s’envolent par-dessus les frontières pour cueillir les disques d’or et de platine au Canada, en France, au Brésil et au Japon ! Marie Laforêt, Danièle Licari, Arlette Zola -3ème à l'Eurovision en 1982 avec "Amour on t'aime" dont il est l'auteur-, Alice Dona avec qui il crée en duo l'une de ses propres chansons au Théâtre des Capucines à Paris, ou le Sweet people d'Alain Morisod, comptent au rang de ses interprètes. Mais il écrit aussi des dialogues et des musiques de film, de revue, de théâtre, pour Jo-Johny, Isabelle Bonvin, Pauline Carton, Colette Renard, André Bourvil, Raymond Souplex, Charles Bayard, Roger Nicolas. Sans jamais s'éloigner vraiment de la poésie pure, fine fleur de son jardin discret, l'artiste se présente aujourd'hui en CD et en DVD comme sur scène dans un nouveau récital parlé chanté autobiographique, réaliste, émouvant et humoristique, intitulé "COUPL'ET REFRAIN". Sa vie, corps et âme, en 23 chansons. "Autant que de paires chromosomiques" s'amuse-t-il à précicer.

Pierre Alain chante depuis l’âge de 5 ans, alors qu'il suit déjà au Conservatoire de Genève des cours de solfège et de piano. Il se produit pour des fêtes de Société, d’abord, puis au Grand Casino de Genève, à 12 ans, et à la Télévision Suisse Romande, à 14 ans, dans la première émission de variété de l’époque avec une de ses compositions intitulée "Si j'étais". Ensuite à Paris, où il apprend son métier au Conservatoire de la Chanson dès l'âge de dix-sept ans, avant de partir écumer les cabarets phares de la Ville lumière (Chez Patachou, Au Lapin agile, Au Tire-bouchon, Chez la Mère Catherine, À L'Échelle de Jacob…) en s’accompagnant au piano. À 20 ans, repéré par Jacques Bedos, directeur artistique de la firme RCA et Bruno Coquatrix, directeur de l'Olympia, il enregistre ses premiers disques. Part en tournée en France et en Belgique avec Pierre Vassiliu, Hugues Aufray et Sylvie Vartan, défiant de ses chansons à texte les yé-yé qui triomphent dans les années 60.
Passant d'une rive à l'autre, le jeune Suisse tombe amoureux de Montmartre et de Saint-Germain-des-Prés qu'il arpente aux côtés de Gribouille, Brel, Mouloudj, Dimey. Il partage la bohème avec un peintre et ses modèles. Refait le monde avec des poètes et des philosophes, vagabonds ou universitaires tels que Lacan. Il découvre alors d'incroyables revers du décor :
Place Pigalle, non loin du "Moulin à Poivre" où il chante, sous ses yeux encore tout neufs, un marchand se fait égorger pour une crêpe trop sucrée, un quidam prend deux balles dans la gorge, un travesti se poignarde le coeur, un ivrogne meurt de froid sur un trottoir dans l'indifférence des passants... Scènes enfouies dans le coeur du poète aguerri qui se transformeront en couplets ironiques ou amers, et en récit de vie, bien des années plus tard.
Après avoir écouté "Paris la rue", une chanson de Pierre Alain qui reflète le petit monde des pavés et du macadam, Marcel Carné veut absolument rencontrer son auteur compositeur pour lui confier la demande d'une musique de film. Distrait par une amourette de passage, Pierre Alain n'honore pas ce rendez-vous, ce que le grand cinéaste refuse de lui pardonner...
En mai 68, Pierre Alain se trouve à la Sorbonne quand Dany le rouge, noiraud pour l'occasion, brave son interdiction de séjour. Titillé par les propos libertaires et libertins des contestataires, le Suisse observe avec amusement les jets de pavés lancés des barricades contre les CRS. Adepte de l'amour libre, il met en pratique les slogans poétiques et révolutionnaires d'alors, défie l'exclusivisme universitaire, conteste la société de consommation, avec les étudiants, fils de bourgeois devenus anarchistes, communistes, trotskistes, maoïstes, défilant poing levé, pour scander : "Un seul ennemi, le capital" !
- C'était la fête, résume-t-il aujoud'hui, vaguement nostalgique, avant de poursuivre, tout sourire : - Dans les moments de vache maigre plus qu'enragée, j'étais secouru par mon inséparable ami Whisky, un ouistiti que je portais sur l'épaule, et à qui les marchands offraient des fruits et diverses victuailles pour tout un régiment !
Bientôt, l'auteur compositeur peut se passer du secours de son singe. Plusieurs de ses chansons caraccolent en tête des hits, au Canada, au Brésil, au Japon,... transformant le vinyl en or et en platine. "Lizzy", "On allait bien ensemble", "Feuilles d'or", "Au revoir", "Sans toi", "Je te survivrai", "Mais comment t'oublier", "Et j'ai le mal de toi", "Sur le lac d'Annecy", "Neige", repris par Alain Morisod, Marie laforêt, Danièle Licary et d'autres vedettes de l'époque imposent Pierre Alain comme auteur compositeur, puis, dans les années 80, sur les plateaux de Danièle Gilbert, Bouvard, Drucker, Foulquier, où il est enfin reconnu aussi comme interprète.
Mais Pierre Alain vit surtout de sa plume. Il écrit pour de nombreux jeunes interprètes dont sa deuxième et troisième épouse, Isabelle Alba et Nouchkaï qu'il met en scène et manage efficacement au point qu'un major, la maison de disque Polydor, lui propose de devenir directeur artistique, ce qu'il refuse... L'artiste ne se voit pas passer derrière le bureau.
Avec le temps, le créateur au talent protéiforme élargit pourtant la gamme de ses activités.
Le 5 mars 1988, à Genève, au Centre International de Conférences, il livre un patchwork d'idées inventives intitulé "Du rêve à la Réalité". Dans sa thématique sociétale, il propose un système de banque de données par ondes qu'il nomme "Interligere" (avant la mise en route d' internet). Pressent l'ouverture des Pays de l'Est par l'intérieur. Préconise une force de paix internationale dirigée par une police mondiale au service d'un comité de sages, délégués par tous les gouvernements intéressés. Imagine une monnaie transnationale, frappée et alimentée par les pays riches pour les plus défavorisés. Évoque de nouvelles sources énergétiques...
Une vidéo témoigne de l'imagination foisonnante et avant-gardiste du créateur.
En 1999, installé à Genève avec sa quatrième épouse Christianne Capt, qui préside APAR (Association de Promotion pour les Artistes Romands), il met en place "Les Mardis de Pierre Alain" au P'tit Music'Hohl, rendez-vous incontournable de la chanson romande. Là, il se fait complice d'auteurs, compositeurs, mais aussi de poètes du terroir comme Jacques Tornay ou Ronald Fornerod dont il ponctue les vers par des improvisations au piano ou des couplets sur mesure.
Le succès va lui offrir un espace dans le cadre des Fêtes de Genève durant plusieurs années: "Planète Pierre Alain" où défileront les meilleurs artistes suisses.
En 2007, alors que tout lui sourit, un grave problème de santé l'oblige à lever le pied.
Entre conférences, music'hall, escapades à Paris et au Canada, Pierre Alain se concentre sur lui-même en quête d'essentiel. Il passe du clavier de son piano à celui de son traitement de textes. L'éditeur Grégoire Montangero lui demande de préfacer un livre consacré à une oeuvre de Gilles. Le texte convainc l'éditeur au point qu'il lui demande s'il a autre chose à lui proposer. Après la présentation de manuscrits, Pierre Alain signe chez Publi-Libris. Suit la publication de cinq livres dont un récit autobiographique intitulé "Les tribulations de Père la Lune", édité en 2011, réédité en 2012 par lequel Pierre Alain se fait reconnaître comme un vértitable écrivain.
En 2014, on lui publie un recueil essentiel à ses yeux, magnifiquement préfacé par Jean-Noël Cuénod, dans lequel le poète dévoile délicatement cette "Vérité nue" qui tente si souvent de nous échapper. Puis il revient à ses premières amours enregistrant en public "COUPL' ET REFRAIN" titre générique d'un CD et DVD publiés par Orange France Diffusion (Paris) dans lesquels, en 23 chansons, il nous fait jalonner les monts et les vallées de ses pérégrinations folles et sages, en quête d'absolu.
La voix et le talent du créateur ont bien mûri. L'artiste est enfin accompli. Cette belle cuvée de Pierre ALAIN est à déguster, vers par vers, librement. Sans modération.

Membre du comité de l'Alliance française à Genève, Académicien rhodanien, Pierre Alain dirige actuellement l'Académie Romande, une association genevoise sans but lucratif, soucieuse de la mise en valeur du patrimoine langagier francophone et romand.

 PIERRE ALAIN EN CONCERT le 10 aout dans le cher à 19 H 30

Publié dans divers

Partager cet article

Repost 0

Un air d'été au donjon de Menetou Couture (18) le 20 juillet

Publié le par REGARDS

Un air d'été au donjon de Menetou Couture (18) le 20 juillet
Un air d'été au donjon de Menetou Couture (18) le 20 juillet

Partager cet article

Repost 0

Un air d'été le 20 juillet - Donjon - Ménetou-Couture (Cher)

Publié le par REGARDS

Venez nombreux le 20 juillet dans le parc du donjon de Menetou-Couture écouter Michiko 66, Hugh Coltman et Misja Fitgzgerald. Ecouter, voir et entendre Dani Autier et Michel Chastaing.

Aussi rencontrer Yvonne Drevet Ollier et Deslou et découvrir le "buffet en fête "de Luis Maestro. Un air d'été, tout léger tout léger... le 20 juillet à partir de 11h, restauration sur place.

…c’est aussi le folk rock de Michoko 66 emmené par JEAN MICHEL MARCHAND


Un amoureux des mots qui a commencé son voyage en 2005. Michiko 66, c’est un projet à géométrie variable au fil des années.
Coux, est son premier album avec 17 chansons dont 4 en français. Coux, c’est le nom du petit hameau nivernais où il a grandi auprès d’un père respectueux de la nature, bien avant que cela devienne une mode.
Coux, c’est là qu’il s’est construit musicalement en écoutant Léonard Cohen, Bob Dylan, le Floyd de Syd Barrett… avec des morceaux reproduit sur une guitare accordée à sa manière.
Un bidouillage qui est presque une marque de fabrique.
Coux, c’est un album enregistré et mixé à la maison. Raymond, le dernier morceau, écrit en hommage à son père… en gris-noir.
Mais Michiko 66 joue des variantes. Au gris mélancolie, il ajoute un bleu ciel, un vert prairi ou un jaune soleil comme dans Crazy Mum où il raconte ses souvenirs d’adolescent, ses acrobaties à bicyclette, et les conseils maternels qui l’encourageaient à prendre par t auxtravaux de la ferme… Ici, tout est vécu avec une sensibilité extrême, avec les voix du passé pour un présent qu’on ne peut refuser.
Il voyage, aussi, part jusqu’en Finlande, noue des amitiés pour mieux revenir et livrer comme un cri du coeur sa vision du rock, de la pop, du folk…
Pour « un air d’été », et dans l’après midi, il proposera de superbes mélodies et sera accompagné de ses choristes et de Bruno Marande.

Un air d'été le 20 juillet - Donjon - Ménetou-Couture (Cher)
Un air d'été le 20 juillet - Donjon - Ménetou-Couture (Cher)

Partager cet article

Repost 0

Vous pouvez lui faire confiance...

Publié le par REGARDS

Travaux de secrétariat professionnel ou privé

Aide aux démarches personnelles

Aide à la rédaction biographique

Aide linguistique

Don de livres

Correction de textes avant édition ou remise à jury

Soutien scolaire pour enfants, adultes français, ou étrangers

 

 

A domicile ou par correspondance

 

 

laplumeebouriffee@gmail.com

00 33 7 63 93 83 01

Facebook : La Plume Ebouriffée

Ecriturelaplumeebouriffee-eu.123website.ch

 

Vous pouvez lui faire confiance...

Publié dans actualités de chacun

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>