Quand on a le coeur

Publié le par REGARDS

Quand on a le cœur lourd

Et qu’aucun battement

Ne permet à l’amour

De vivre simplement

Quand on a le cœur gros

Et que les rues sont pleines

De gens qui chantent faux

Leurs gammes de « je t’aime »

Quand on a cœur lent

Ne battant la mesure

Qu’à coups de lourds serments

De feux et de brûlures

Quand le cœur est trop fier

Pour avouer l’erreur

On l’aime cimetière

On aime quand il se meurt

Quand on a le cœur bas

Cherchant sa place à vivre

Et que tous nos combats

L’encouragent à vieillir

Quand on a le cœur las

Qu’un petit rien vous blesse

La lame avec éclat

Chasse toute caresse

Quand on a le cœur fou

D’avoir battu pour rien

On prend de mauvais coups

Et l’on oublie le bien

Quand on a le cœur mou

Qui renie la chamade

Qui oublie les mots doux

Il bat mais sonne fade

Quand on a le cœur vent

Cœur qui souffle et qui gronde

On regrette l’avant

Quand il grouillait de monde

Quand le cœur se fissure

Craquelant ses contours

D’un trop plein de blessures

On en devient trop sourd

Quand on a le cœur ment

On ne l’écoute plus

On fait taire les temps

Soleil ne brille plus

Quand le cœur est amer

Sans aucune couleur

Aussi dur que le fer

On jongle avec la peur

Pourtant le cœur est grand

Pour aimer à nouveau

Et l’on pense en pleurant

Qu’un jour il fera beau

Puis un cœur radouci

Apprivoise ses plaies

Il évite l’aigri

Et le gris qu’il était

Le cœur bouge à nouveau

Et la vie recommence

Le cœur touche bientôt

Son piano et sa chance

Le cœur hurle sa joie

Il rayonne il scintille

Et redevient le roi

Perd toute pacotille

Alors le cœur est vrai

Il conjugue la langue

Au temps sérénité

Et prend un goût de mangue

Il danse et il chantonne

Il éblouit le jour

Il peint et il crayonne

Des mots couleur velours

Le cœur et ses démences

Sont un refrain sans fin

Le cœur, ses dépendances

Forgent tous les desseins

Plaignons les cœurs aigris

Qui sont morts avant l’âge

Qui ont quitté la vie

Avant le vrai passage

Quand le cœur devient fort

Le combat est gagné

On regarde la mort

Qui devient notre alliée

Au gré de nos envies

De notre cœur frivole

La mort avec la vie

Dansent la farandole

 

 

Carole Regazzoni

Publié dans Artiste du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article