Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pour Marcelle : Océane tourmente

Publié le par REGARDS

Et soudain la tempête inflige à l’Océan,

Trop calme jusqu’ici, l’enfer de sa rudesse,

Soulevant chaque vague en hurlant son péan*

Pour se donner du cœur, enfler sa robustesse.

 

Le ciel sombre, haineux, crache des éclats roux

Qui glacent les flots noirs, gonflés par les bourrasques

Giflant l’onde surprise exposée au courroux

Dont la fureur sans nom leur impose ses frasques !

 

Ballotté, le trois-mâts, superbe auparavant,

N’est plus, las, qu’un jouet dans la vile tourmente.

Ses voiles en lambeaux font ricaner le vent

Tandis que sa mâture un peu trop se lamente.

 

Le bateau geint plus fort mais tient bon néanmoins.

La coque sait, toujours, aux élans de la barre,

Obéir sans manquer, soumise à ses bons soins.

Avec le capitaine, ils vaincront la barbare !

 

© Johanne Hauber-Bieth

 

*Péan : Chant de victoire

 

marcelle.jpg


 

Nous sommes tous près de toi Marcelle... Nous connaissons ton combat pour la vie et te soutenons...

Publié dans coups de coeur

Partager cet article

Repost 0

Dis-moi, demain,

Publié le par REGARDS

 Le chaos avait un futur.

Dont nous faisons partie...

Combien de temps encore ?

Combien de temps encore ?

Dis-moi, demain ! Que va-t-on faire ?

 

Dis-moi, demain, que nous aurons bel avenir,

Que l’expérience acquise depuis que l’être existe

Saura nous convenir,

Nous retracer la piste.

Dis-moi, demain, qui nous éclaire !

 

Ne voit-on que l’incertitude ?

N’entend-on que les inquiétudes ?

Fuyons-nous la quiétude ?

Nous berçons-nous d’ingratitudes ?

Allons, la peur, vas-tu te taire ?

 

Nous critiquons nos ministres !

A peine comptons-nous les morts

Sans trop ma foi faire d’efforts !

Somme-nous tous des égoïstes ?

Adieu révolte, adieu colère !

 

Tremblements,Tsunamis,

 Cyclones, inondations,

La terre, notre amie,

Souffre de notre pollution !

Qui prépare notre calvaire ?

 

Nous le savons.

 

 Le présent a un long passé.

Le passé d’hier fut le futur d’avant-hier.

Le futur de demain aura un long passé,

Plus long que le passé du futur d’avant-hier

Et d’aujourd’hui. C’est clair ?

 

Sauf si...nous continuons, 

 

À tout gâcher, tout arracher,

Tout tuer ou tout pêcher,

Tout enfumer, toujours tricher,

Et nous occire de péchés !

 

Il y a comme un besoin d’air...


 

Bernard Dausse

Publié dans Artiste du jour

Partager cet article

Repost 0

Le mariage des fleurs

Publié le par REGARDS

Moi, dit l’humble violette,

C’est l’œillet que je choisirais,

Je suis si modeste, si discrète,

Que de secrets je lui confierais.

 

Moi, dit la coquine pâquerette,

Je rêve du muguet des bois,

Je sais qu’il fait tinter ses clochettes,

Pour montrer qu’il n’est pas de bois.

 

Moi, dit la douce pensée,

Pour lui chuchoter mes tendres mots,

Je prendrais un jeune pourpier,

Afin de goûter sans cesse au renouveau.

 

Moi, dit la somptueuse rose,

Pour égaler son divin parfum,

Je m’attacherais au lilas mauve,

Dont l’arôme se répand si surfin.

 

Moi, dit la petite pervenche,

J’aimerais bien le lys si blanc,

Pour qu’amoureusement il se penche,

Et me charme, et me berce doucement.

 

C’est ainsi  que les fleurs osent

Imaginer leur mariage avec humour,

C’est ainsi que leurs unions causent

A la nature, bien des tracas sur leurs amours…  

 


Christian Blanchard

Publié dans Artiste du jour

Partager cet article

Repost 0

Remise des prix, diaporama de Johanne Hanber-Bieth

Publié le par REGARDS

que nous remercions vivement.

 

Cliquer sur la photo :

 

assemblee.jpg

 


Partager cet article

Repost 0

Petites boutiques de Bernadette Gossein

Publié le par REGARDS

 

au pteit pouilly

 

 

Un jour en flânant dans les ruelles,

j'ai eu envie de fixer sur la toile

ces petites boutiques pleine de charme.

 

Souvent un chat montre son nez ou regarde à l'intérieur.

 

Il me faut une dizaine d'heures

pour bâtir, dessiner et remplir

les devantures avec tous les petits objets.

Elles sont peintes à l'acrylique

de toutes les couleurs

et sont fixées sur un cadre de carton toilé.

 

Elles peuvent être personnalisées au goût de chacun.

Enseigne, couleur, d'après photo,

ou au gré de votre imagination.

Pour un anniversaire, un départ en retraite,

une naissance, un remerciement.

 

Promenez-vous et ouvrez la porte

de mes « petites boutiques »

 

Bernadette Gossein

 

 

Toutes ces petites boutiques sont en exposition au Res'Thau

28 Quai Augustin Descournut - 34140 Mèze - 04 67 51 20 71


Publié dans actualités de chacun

Partager cet article

Repost 0

ÉCRIVAINS HAUT-MARNAIS

Publié le par REGARDS

Qui se souvient de vous,

Écrivains haut-marnais,

De naissance ou séjour,

Qui peuplez ma mémoire ?

Quelques mots oubliés,

Repris par d’autres bouches… 

 

Et voici, pêle-mêle :

Sieur Edmond Haraucout 

Le natif de Bourmont :

Partir, c’est mourir un peu,

C’est mourir à ce qu’on aime…

Voici André Theuriet 

Et les bois d’Auberive :

Brin d’osier, brin d’osier,

Courbez-vous assouplis

Sous les doigts du vannier…

Du dévot Paul Claudel,

Disciple comme moi

Du Collège à Wassy :

Seule la rose est assez fragile

Pour exprimer l’éternité…

Du Général de Gaulle,

Hôte de Colombey :

Regardant les étoiles,

Je me pénètre

De l’insignifiance des choses…

De Roger Clérici,

Sis à Coiffy-le Haut :

Mais en ce découvert de nos astres,

A quoi bon remuer la cendre...

Du discret Paul Chaulot ,

Né à Lanty-sur-Aube :

Le pays d’où je viens

N’est d’aucune mémoire…

Voici Louise Michel,

Dite la Vierge rouge,

Née à Vroncourt-la-Côte :

La mort comme un berger

Qui compte son troupeau…

Et André Fontanel,

Oublié de nos jours :

Je guettais, écrasant

Des rêves sur ma tempe…

Les deux frères Goncourt,

De leur Académie :

Tout homme de lettres

Est à vendre…

Aussi Bernard Dimey,

Nogent-en Bassigny :

J’aimerais tant voir Syracuse

Pour me souvenir à Paris…

 

Il y en a tant d’autres :  

Jean-Gabriel Gigot,

Fondateur des Cahiers,

Et puis Jean Robinet,

Poète et paysan,

Et Jehan de Joinville,

Chroniqueur valeureux

De la vie de Saint-Louis,

Et Denis Diderot,

Illustre enfant de  Langres,

Et, peut-être, Voltaire,

Réparant à ses frais

Le Château d’Emilie,

Près de Cirey-sur-Blaise…

 

Nostalgie, temps enfui…

Et moi, pauvre  bragard,

Natif de Saint-Dizier,

Restera-t-il deux vers

Dans ma poèmeraie

Que diront des quidams

Sans connaître l’auteur ?

Max-Firmin Leclerc

 

 

Publié dans Artiste du jour

Partager cet article

Repost 0

Fête des mères

Publié le par REGARDS

La mère

 


 

La mère, comme une bergère,

Garde ses enfants sous sa bannière.

Ses enfants, en sont fiers.

 

À la maison, la mère est hôtelière,

Le matin, simple journalière,

Avec ses belles manières, ménagère,

Et  cela sans qu’on la rémunère.

 

La mère, aimante est un mystère.

Elle vous aime, toujours sincère,

Elle participe à l’élaboration de votre caractère,

Et tout cela sans colère.

 


 

Jean Bonanni

 

Publié dans Artiste du jour

Partager cet article

Repost 0